Bok choy, coco, papilles… et molécules!

Les choux chinois poussent bien au Québec.  C’est une des raisons pour laquelle j’en ai autant reçu dans mon panier bio cette année.  Je les fais sauter à la poêle dans l’huile de sésame avec de la sauce tamari, du citron, des graines de sésame et des noix de cajou.  Le gingembre aussi est délicieux avec les choy! J’aime aussi les ajouter à un bouillon de miso avec des champignons sauvages et de l’échalote verte…

Avec le chou traditionnel je fais mon plat par excellence, un braisé.  Je mange un chou à moi toute seule tellement c’est bon.

Cette été, vous le savez, je me suis engagée auprès de mon fermier de famille, à inspirer les abonnés d’idées de recettes à partir des légumes de son Jardins-Bio Santé.  Depuis le début de la saison que je me creuse les méninges pour trouver une nouvelle façon d’apprêter le bok choy.

Samedi dernier, en lisant La Presse et François Chartier, j’ai eu une illumination!  Je prends quelques lignes pour vous souligner à quel point j’adore Chartier et son livre Papilles et molécules.  Un outil indispensable au développement de ma cuisine.  Ma créativité culinaire et aromatique est dans l’tapis depuis!  Un vrai hamster!

En fait, Chartier confirme scientifiquement par l’analyse des molécules aromatiques des aliments, les combinaisons gagnantes en cuisine et accords mets et vins.  Que plusieurs cultures agencent instinctivement d’ailleurs, depuis de nombreuses années et qui explique qu’on associe par exemple, le basilic à la tomate et la pomme au fenouil.  Mais en jouant avec les familles aromatiques on aboutit aussi (et c’est ce qui m’allume) à des mariages peu commun, surprenants même, mais franchement savoureux et équilibrés en bouche. Du parfum pour les papilles!

Si vous ne l’aviez pas encore remarqué, l’agencement harmonieux de saveurs et d’arômes locales et de saison, est un de mes passes temps favori!!!  En prime, plus besoin de conseiller SAQ (ou presque), parce que Chartier et son concept de familles aromatiques me guide vers la “bonne” bouteille de rouge, de rosé ou de blanc…

Samedi dernier donc, Chartier expliquait les lactones aromatiques, présentes dans le porc et la noix de coco, ainsi que dans la pêche et l’abricot.  Et voilà vous avez les pistes aromatiques de votre repas!!!  Puisque la lactone est le lien commun qui garanti l’harmonie entre ces aliments.  Mais je ne mange pas de porc…  Il n’en fallait pas plus pour que l’idée du chou à la noix de coco jaillisse de mon hamster encéphalique!  Mais en fouillant un peu j’ai remarqué que les indonésiens le faisait traditionnellement.  La preuve que c’est bon!  Je suis fière de mon hamster!

Mais j’attends toujours l’explication scientifique de M. Chartier… à suivre!  En attendant je fais aller mes chaudrons:

BOK CHOY au CURCUMA et à la NOIX DE COCO! 

DSC_0371

AVEC QUOI?

1 gros oignon émincé

1, 2 ou 3 choux, hachés grossièrement, n’importe quelle variété; chinois, de Savoie, traditionnel ou crémeux 😉

Huile d’olive de première pression à froid

1 c. à soupe de curcuma

Sel de Guérande (pour mon amie Amélie)

1/4 à 1/2 tasse de lait de coco

Copeaux de noix de coco grillée

Coriandre fraiche (facultatif)

Tomates en dés, ou du jus de lime ou de citron (pour l’acidité)

Poivre noir du moulin ou Cayenne

DSC_0134

COMMENT?

Chauffer l’huile à feu doux.  Couvrir le fond d’un poêlon d’une mince couche.  Saler.  (Je sale mon huile depuis peu, mais cela fait toute la différence en saveur).

Ajouter le curcuma et laisser chauffer à feu doux quelques minutes.

Incorporer le chou graduellement plus il cuit, plus il ramollit et plus il réduit, faisant de la place pour en ajouter d’autre.

Laisser cuire jusqu’à ce que tout le chou soit tombé puis ajouter le lait de coco.

Assaisonner de poivre ou Cayenne.

Réchauffer, puis servir garnit de coriandre fraiche, de copeaux de coconut et de dés de tomates.

DSC_0181

admin